Politique Générale

Exercice de simulation du plan d’urgence dans la maison carcérale de Ngaragba.


Le but cet exercice qui a regroupé  les forces des armées centrafricaines (FACA), Gendarmes, Policiers,  les agents pénitentiaires  et la section des affaires judiciaires et pénitentiaire de la  mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA)  et garants de maintiens de l’ordre dans les prisons, est de préparer ces agents à faire face à d’éventuels incidents au sein des maisons carcérales de la République Centrafricaine.

Mr Ye Tchinro  a indiqué que la sécurité dans les maisons d’arrêt est une nécessité non négligeable.
« Il s’agit donc de se préparer tous ces acteurs aux différentes éventualités qui pourraient subvenir de l’intérieur tout comme de l’extérieur des établissements pénitentiaires en RCA. Il est question d’avoir une bonne coordination entre toutes ces  unités qui interviennent proches des détenus » a-t-il déclaré.

Selon Madame Zoungrana Maïmouna, le scenario est une manifestation des parents d’un détenu depuis l’extérieur de la prison pour exiger sa libération et qui a dégénéré pour atteindre  l’intérieur de la prison.
« Nos différentes unités doivent intervenir pour rétablir l’ordre en mettant en place  des mesures appropriées de traitement de personnes détenues et ainsi que ceux qui ont contribué à troubler l’ordre. Après le débriefing nous allons essayer de corriger les imperfections » a-t-elle expliqué.

Quant au capitaine Maurice Mogouda, régisseur par intérim de la prison de Ngaragba, cet exercice vient à point nommé rehausser la capacité de tous les acteurs à mieux gérer les incidents tels que les mutineries et autres incidents qui pourraient intervenir dans la maison carcérale de Ngaragba.

« Je salue la parfaite collaboration avec nos partenaires de la MINUSCA qui ne cesse de nous appuyer. Vous savez, les détenus sont privés de liberté et cherche la première occasion pour s’évader; raison pour laquelle l’exercice était dur mais mieux vaut être blessé dans l’exercice que de mourir dans le cas réel. Lors de cet exerce nous avons constaté qu’il y a un manque de matériel de maintien de l’ordre et que certains éléments doivent être recyclés » a-t-il lâché.

Rappelons que la MINUSCA à travers la section des affaires judiciaires et pénitentiaires appui la partie nationale au sein des établissements pénitentiaires en RCA, et cet exercice est la troisième édition.
 

This post was originally published on AGENCE CENTRAFRIQUE DE PRESSE "AGENCE DE L'UNITE NATIONALE"- République Centrafricaine, Bangui