Politique Générale

La République Centrafricaine dans une nouvelle dynamique de coopération avec l’Union européenne


La République Centrafricaine dans une nouvelle dynamique de coopération avec l’Union européenne

Il s’agit d’un nouvel accord de coopération, qui servira d’un nouveau cadre juridique pour servir les relations entre l’organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) et l’Union Européenne (UE), qui succède à l’accord de Cotonou.
 
Cet accord couvre les domaines prioritaires tels que les droits de l’homme, la démocratie et  la bonne gouvernance, la paix et  la sécurité, le développement humain et social, la croissance et le développement économiques inclusifs et durables, la durabilité environnementale et le changement climatique, les migrations et la  mobilité.
 
Cet accord, initialement signé le 15 novembre 2023 à Apia, Capitale de l’Etat Indépendant de Samoa, dans la région du Pacifique, a été signé le 22 novembre 2023 à Bruxelles, dans les enceintes du Secrétariat de l’OEACP par les Ambassadeurs représentant le Burundi, la République Centrafricaine, la Grenade, le Niger et le Saint Kitts et Nevis (Antilles).
 
Le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra, en prenant la parole pour l’ouverture de cette 5ème session d’échanges avec l’Union Européenne à la cité des chefs d’Etat à Bangui, a loué à sa juste valeur, la présence des ambassadeurs non-résidents en Centrafrique, qui ont voulu personnellement être là pour soutenir les efforts du gouvernement centrafricain.
 
« Je me réjouit de la présence à ce dialogue des ambassadeurs non-résidents de la Belgique, de l’Espagne, du Pays-Bas, de la Suède, et de l’Italie, ainsi que la représentation d’Allemagne venus apporter leurs contributions aux renforcements de la coopération entre l’Union européenne et la République Centrafricaine » a-t-il souligné.
 
La République Centrafricaine et l’Union européenne, par ces échanges, ont noté avec satisfaction que l’évolution de la situation politique, sécuritaire et humanitaire est incontestablement positive au vu de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire centrafricain qui permet le retour de la paix.
 
Au sortir de ce dialogue, la cheffe de la diplomatie centrafricaine, madame Sylvie Baïpo Témon  et le chef de la délégation de l’Union européenne, monsieur Douglas Carpenter, ont tenu un point presse au cours duquel les hommes des médias ont échangés avec eux sur les retombées de l’accord de Samoa.
 
Monsieur Douglas Carpenter, en réponse aux préoccupations des journalistes, a rappelé qu’ils ont pris en compte la préparation des élections municipales,  le processus de paix au regard de l’accord de Luanda, la politique commerciale et l’état de l’intégration régionale des pays de la Communauté économique de l’Afrique centrale ont trouvé des recommandations fortes lors de cette réflexion afin d’atteindre les objectifs voulus par tous.
 
«C’est de mettre en œuvre le plan de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA), d’assurer la paix et la sécurité  dans le pays, et d’assurer aussi l’autonomisation de la population » a-t-il dit.
 
Les deux parties se sont convenues de maintenir le dialogue permanent pour faire le point sur l’évolution des engagements pris pendant ces discussions, et que l’accord de Samoa ouvre des nouvelles perspectives de raffermissement des liens entre la République Centrafricaine et l’Union européenne ainsi que les Etats membres
 
 

 
 
 

This post was originally published on AGENCE CENTRAFRIQUE DE PRESSE "AGENCE DE L'UNITE NATIONALE"- République Centrafricaine, Bangui